ARMEMENTS: POURQUOI LA CHINE POURRAIT GAGNER LA NOUVELLE COURSE MONDIALE

4152

Ses avancées en matière de technologie des missiles, d’armes nucléaires et d’intelligence artificielle suscitent de vives inquiétudes chez de nombreux observateurs occidentaux, qui estiment qu’un profond changement de l’équilibre mondial de la puissance militaire est en cours.

Le président Xi Jinping a ordonné aux forces armées chinoises de se moderniser d’ici 2035. Elles devraient, selon lui, devenir une puissance militaire de « classe mondiale », capable de « combattre et de gagner des guerres » d’ici 2049.

Il s’agit d’une entreprise colossale, mais le pays est sur la bonne voie.

D’importantes dépenses

La Chine est critiquée par certains experts internationaux pour son « manque de transparence » concernant ses dépenses en matière de défense et pour « l’incohérence de ses chiffres ».

Pékin publie des données officielles sur les dépenses, mais les estimations occidentales du soutien financier de la Chine à ses forces armées sont souvent beaucoup plus élevées.

Il est généralement admis que la Chine dépense actuellement plus pour ses forces armées que n’importe quel autre pays, à l’exception des États-Unis.

Selon le Centre d’études stratégiques et internationales de Washington, la croissance du budget militaire de la Chine dépasse celle de son économie globale depuis au moins une décennie.

Renforcer l’arsenal nucléaire

En novembre, le ministère américain de la défense prédit que la Chine va quadrupler son stock nucléaire d’ici la fin de la décennie actuelle. Selon le ministère, la Chine « a probablement l’intention de disposer d’au moins 1 000 ogives d’ici 2030 ».

Les médias d’État chinois qualifient cette affirmation de « spéculation sauvage et biaisée », ajoutant que les forces nucléaires sont maintenues à un « niveau minimum ».

Toutefois, les experts de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, qui publient des évaluations annuelles des stocks mondiaux, affirment que la Chine a augmenté le nombre de ses ogives ces dernières années.

La Chine est encore loin du stock américain de 5550 ogives, mais son développement nucléaire est considéré comme l’une des plus grandes menaces pour la suprématie militaire occidentale.

« Les armes nucléaires de la Chine sont la question la plus importante », selon Veerle Nouwens, du Royal United Services Institute de Londres.

« Il y a un énorme manque de confiance des deux côtés et le dialogue est loin d’atteindre le niveau nécessaire. Il y a de gros risques et les rampes de sortie sont difficiles à voir. »

Futur hypersonique

Les missiles hypersoniques se déplacent à plus de cinq fois la vitesse du son.

Ils ne sont pas aussi rapides que les missiles balistiques intercontinentaux, mais ils sont si difficiles à détecter en vol qu’ils peuvent rendre certaines défenses aériennes inutiles.

« Les Chinois comprennent qu’ils sont très en retard, c’est pourquoi ils essaient de faire de grandes percées pour dépasser les autres puissances », explique le Dr Zeno Leoni, du King’s College de Londres.

« Le développement de missiles hypersoniques est l’une des façons dont ils essaient de le faire. »

La Chine nie avoir testé des missiles hypersoniques, mais les experts occidentaux estiment que deux lancements de fusées l’été dernier indiquent que son armée est en passe d’en acquérir.

On ne sait pas exactement quels systèmes la Chine pourrait développer. Il en existe deux types principaux :

  • les missiles hypersoniques à vol plané restent dans l’atmosphère terrestre.
  • les systèmes de bombardement orbital fractionné (FOBS) volent en orbite basse avant d’accélérer vers une cible

Il est possible que la Chine ait réussi à combiner les deux systèmes, en tirant un missile hypersonique à partir d’un engin spatial manœuvrable FOBS.

Selon le Dr Leoni, si les missiles hypersoniques ne changent pas la donne, ils rendent certaines cibles très vulnérables aux attaques.

« Les missiles hypersoniques rendent les porte-avions, en particulier, beaucoup plus difficiles à défendre », explique-t-il.

Toutefois, il suggère également que la menace que représentent les missiles hypersoniques chinois est peut-être exagérée par certains responsables occidentaux, désireux d’argumenter le plus possible en faveur du financement de la technologie spatiale militaire.

« La menace est réelle. Pourtant, il est possible qu’elle soit exagérée ».

Intelligence artificielle et cyber-attaques

Selon le ministère américain de la défense, la Chine est désormais pleinement engagée dans le développement d’une guerre « intelligentisée », c’est-à-dire de futures méthodes militaires fondées sur des technologies perturbatrices, notamment l’intelligence artificielle.

L’Académie chinoise des sciences militaires est chargée de veiller à ce que cela se produise, par le biais de la « fusion civile-militaire », c’est-à-dire en associant les entreprises technologiques du secteur privé chinois aux industries de défense du pays.

Selon certains rapports, la Chine utiliserait déjà l’intelligence artificielle dans la robotique militaire et les systèmes de guidage de missiles, ainsi que dans les véhicules aériens sans pilote et les navires sans pilote.

Selon une récente évaluation d’experts, la Chine mène déjà des cyberopérations à grande échelle à l’étranger.

En juillet, le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Union européenne accusent la Chine d’avoir mené une importante cyberattaque visant les serveurs Microsoft Exchange.

On pense que l’attaque touche au moins 30 000 organisations dans le monde et vise à permettre un espionnage à grande échelle, notamment l’acquisition d’informations personnelles et de propriété intellectuelle.

La plus grande marine du monde, mais pas la plus puissante

La Chine dépasse les États-Unis pour devenir la plus grande marine du monde – mais les experts soulignent qu’une simple comparaison du nombre de navires ne tient pas compte des nombreux facteurs qui déterminent les capacités d’une marine.

Mais, selon eux, un examen des tendances peut être utile.

Pour l’instant, les États-Unis conservent une forte avance dans de nombreuses capacités navales, avec 11 porte-avions contre deux pour la Chine, et davantage de sous-marins à propulsion nucléaire, de croiseurs et de destroyers – ou de navires de guerre plus grands.

Mais la Chine devrait développer sa marine bien davantage.

L’ancien colonel en chef de l’Armée populaire de libération Zhou Bo, de l’université Tsinghua à Pékin, estime qu’il est « extrêmement important » que la Chine renforce sa marine pour contrer les menaces maritimes auxquelles elle est.

En particulier, dit-il, « le problème le plus important auquel nous sommes confrontés est ce que nous percevons comme une provocation américaine dans les eaux chinoises ».

La marine américaine prévoit qu’entre 2020 et 2040, le nombre total de navires de la marine chinoise augmentera de près de 40 %.

Un avenir incertain

La Chine s’éloigne-t-elle de la non-confrontation pour adopter une attitude plus menaçante ?

Pour l’instant, l’approche chinoise consiste toujours à « gagner sans combattre », déclare le Dr Leoni, même s’il ajoute qu’elle pourrait changer de stratégie à l’avenir.

« Devenir une puissance navale entièrement modernisée pourrait être un point de basculement ».

Mais le colonel principal Zhou insiste sur le fait que les craintes occidentales ne sont pas fondées.

« La Chine n’a pas l’intention de policer le monde, contrairement aux États-Unis », dit-il. « Même si la Chine devient beaucoup plus forte un jour, elle maintiendra ses politiques de base ».

La Chine n’a pas fait la guerre depuis 1979, lorsqu’elle est entrée en conflit avec le Vietnam, de sorte qu’une grande partie de ses capacités militaires n’ont pas été testées.

Nombreux sont ceux, tant en Occident qu’en Chine, qui espèrent qu’il en sera toujours ainsi.

Source: BBC Afrique

SHARE