Rien à dire. Le produit est de haut de gamme, façonné sur du bazin riche de première qualité avec une fixation définitive de la couleur. La marque dénommée : Fédération interprofessionnelle pour la revalorisation du savoir-faire de l’indigo, FIRSI est déjà reconnue par l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle, OAPI.

Pour Mme Yansané, Fatou Yansané, il est le fruit d’une recherche de plusieurs années avec une assistance technique des ingénieures de chimie du textile.

Contrairement à certaines pratiques du secteur, dame Fatou Baldé a fait remarquer que la fabrication dudit textile respecte les normes environnementales. Ce vendredi, le lancement officiel de la première marque de textile traditionnel de luxe en Guinée a eu lieu.

Jean Baptiste Williams, homme de culture

« Maintenant, nous pouvons nous réjouir de porter la FIRSI »

« Il faut féliciter madame Yansané Fatou Baldé, pour ce beau travail, qu’elle rend aujourd’hui au peuple de Guinée et l’Afrique toute entière. Je sais, c’est quoi breveté un produit. C’est tout un cheminement professionnel qui est derrière, toute une chaine de valeur. C’est un heureux aboutissement et vous voyez, nous portons la première frappe, tout ce que nous portons est FIRSI.
Ce qui est une bonne chose. Désormais, nous allons nous habituer, dire qu’il y a une marque enfin déposée chez nous en Guinée. C’est une première et mieux, c’est ce problème de couleur qui est réglée. Nous pouvons nous réjouir de porter la FIRSI, dont la couleur est déjà fixée. Ça ne sali ni les mains, ni le corps. Et après encore le nettoyage, il devient facile, il ne perd aucune couleur et tout ça, c’est à l’actif du professionnalisme dont a usé madame Fatou Baldé Yansané. Moi, je suis d’autant plus fier, parce que je fais parti de ceux qu’elle a consulté avant même de se lancer dedans. »

Madeleine Fall, de Madomarque, styliste sénégalaise

« J’ai été très contente de travailler avec cette matière qui est très originale »

« Je suis très contente et honorée d’être là ce soir, de magnifier ce pagne guinéen qui est très beau. Moi, j’ai connu FIRSI, il n’y a pas très longtemps, mais je suis très impressionnée par le travail que Fatou abat et c’est ça, qui m’a poussé à venir soutenir son événement. La collection qu’on a présenté, c’était une collection FIRSI et du pagne tissé. La FIRSI, c’est guinéen bien sûr et le pagne tissé est du Sénégal. Le but est de démontrer le savoir-faire des deux pays et prouver  à quel point on a des pagnes très riches qu’on peut utiliser, comme matière pour aboutir vraiment à faire une très belle collection.»

Kalémoudou Yansané, homme politique

« Elle a fait des recherches durant des années  à Bamako puis en Allemagne »

« Le monde vient de découvrir le produit fini, la fabrication demande un processus. La fabrication du tissu se fait jusqu’à Lola à plus de 1000 km de Conakry, le produit de base vient de Bamako/Mali, il faut, le transporter par la route jusqu’à Lola, traiter à Lola et ramener à Conakry, fixer la couleur, les tailleurs, les transporteurs, ceux qui font le tapage, c’est vraiment une chaine large. Il faut donc saluer l’entreprise, parce qu’elle contribue à améliorer la situation de plusieurs familles. Il faut saluer également Mme, parce qu’elle a fait des recherches des années durant, elle a été à Bamako, en Allemagne. Donc à partir de tout ce circuit, elle était amenée à prendre le brevet, parce que c’est elle qui fixe le produit. »

Mme Djiégoué Yvette, styliste camerounaise

« Cette soirée a été au-dessus de mes attentes »

« On a été invitée et nous avions fait une collection que nous avions présentée. Je pense qu’elle a été appréciée par le public. Le textile FIRSI, c’est un tissu richement travaillé. Le travail que nous avons vu du début, jusqu’à la sortie de ce tissu, c’est vraiment un travail dure. Et Mme Fatou, nous présente le travail fini, nous lui disons merci et nous lui tirons un coup de chapeau. C’est un travail de dure labeur, ça très bien marché et on estime qu’on sera invité la prochaine fois. Parce que cette soirée a été au-dessus de mes attentes, c’est-à-dire que, le monde qui a pris part était en FIRSI, et vraiment c’était beau.

Propos recueillis par Richard TAMONE

SHARE