« NOUS SOMMES GROS POUR NOUS METTRE DE CÔTÉ », DIXIT ETIENNE SOROPOGUI

2719
Le président du Mouvement nos valeurs communes, est revenu sur le cadre de dialogue politique. Il a pour l’occasion expliqué à nos confrères de Fim fm, ce pourquoi, ils n’ont pas pris part audit cadre de dialogue qui s’ouvre ce jeudi dans un hôtel de la place. 
L’ancien commissaire de la Commission nationale électorale indépendante a indiqué que le premier ministre, Bernard Goumou avait remué ciel et terre pour les rencontrer: « Finalement nous l’avions accepté. Je pense que la question est de savoir, pourquoi tous ses efforts… et ne pas tenir compte les préalables que nous avons présenté, il y avait dix questions sur la table au titre ces préalables, malheureusement rien a été fait », a déclaré le président du Mouvement nos valeurs communes.
« Nous sommes assez gros pour nous mettre de côté, nous représentons 98% de guinéens, ce n’est pas possible de mettre de côté et d’aller choisir des gens qu’on a rassemblé dans le quartier pour un cadre de dialogue », a fait savoir Soropogui.
Selon lui, dans tous les pays du monde, lorsqu’il y a ce genre d’exercice, qu’un effort est fait pour écouter ceux qui ne sont pas d’accord: « on ne peut pas dire si vous ne venez pas, on fait sans vous, ce n’est pas responsable », a-t-il tranché.
Il a par la suite précisé qu’ils ne sont pas de manière catégorique à satisfaire l’ensemble de leurs préalables. « C’est possible qu’on aille en discuter autour de la table pour certaines d’entre elles. »
Backsone pour Billetdujour.com
SHARE