Le porte parole de l’Organisation guinéenne de droits de l’homme, OGDH, Alseny Sall a été interrogé sur le procès du massacre du stade du 28 septembre de 2009, par la Radio France internationale.
L’activiste de droits de l’homme a indiqué sa satisfaction par rapport au déroulé dudit procès. « Pour nous, la déclaration de Toumba Diakité est une bonne chose, il a donné de la matière au tribunal. Par contre, nous déplorons certains accusés qui se déversent dans la négation, ils refusent vraiment de donner toute leur part de vérité dans cette affaire », a indiqué Alseny Sall.
Interrogé sur la négation de Marcel, de Claude Pivi… « mais aussi le ministre de la santé à l’époque des faits, le colonel Abdoulaye Chérif Diaby. Nous avons constaté qu’ils sont dans une négation systématique. Ce qui est importance, c’est que nous constatons des incohérences au niveau de la défense, les accusés commencent à s’accuser, pour nous, cela augure de bonne choses », a-t-il fait remarquer.
Puis, de préciser ceci: « Aujourd’hui, le fait qu’on commence à arrêter d’autres personnes qui seraient impliquées, par rapport à ces événements tout ça contribuera à la manifestation de la vérité. Mais il y a beaucoup d’acteurs qui sont impliqués mais qui sont encore en liberté », a souligné l’acteur de la société civile guinéenne.
Yèfindè pour Billetdujour.com
SHARE