L’indépendance économique des femmes et jeunes reste parmi les priorités du gouvernement guinéen sous la transition dirigée par le Colonel Mamadi Doumbouya mais aussi des investisseurs et organisations. C’est dans ce cadre que la Société Coopérative Ouvrière de Développement Agroalimentaire et Artisanal SCODAA-GIE, s’est engagée dans une nouvelle dynamique à travers l’exploitation et la transformation industrielle du manioc avec le partenaire TIAST Guinée. Raisons des visites de terrain et échanges avec les futurs producteurs. Ce jeudi, des missionnaires de la SCODAA-GE étaient dans la préfecture de Forécariah.

« Notre présence ici ce matin est de vous expliquer comment être aussi dans le projet de la valorisation et la transformation du manioc. Je rappelle que c’est une initiative qui pourra nous aider à résoudre notamment le problème d’emplois, de l’autosuffisance alimentaire, … L’adhésion est libre et elle est conditionnée par une inscription, la prise de photo et être dans un groupe de 30 personnes. Après cette première phase, la SCODAA-GE va financer, équiper les différents groupements qui vont rembourser les prêts à la fin de la récolte », a précisé la PCA de SCODAA-GE, Mme Traoré Hadja Naye  Diao.

Plus loin, elle a fait savoir que cette production du manioc se fera sur l’ensemble du territoire national.« Nous rassurons les producteurs du rachat de la production des maniocs à la fin de chaque cycle de récolte. A ce titre, la coopérative s’engage à fournir aux groupements en intrants ou labours tels que (tracteur, grillages, forages) pour leurs productions. Le GROUP-TIAST est majoritaire de 80 % tandis que la Société Coopérative Ouvrière de Développement Agroalimentaire et Artisanal (SCODAA-GIE) est majoritaire à 20%».

Très ravi du projet et les informations données, le maire de la commune de Forécariah, Aboubacar Touré, dit déjà adhérer au programme et que c’est un espoir pour amorcer un nouvel élan de développement. « En écoutant les exposés des responsables de la SCODAA-GIE, nous comprenons que ce projet est très important. Une fois que le travail va commencer, c’est tout le pays qui sera en mouvement. Parce que rare de voir une zone en Guinée où on ne produit pas le manioc. Nous sommes engagés qu’on aura les 50 groupement à Forécariah », a rassuré M.Touré.

De son côté et dans la même ferveur , Alseny Bah, le président du groupement « KJEF’’ de Forécariah a soutenu  qu’il est heureux d’être dans le projet. « Je suis très content parce que notre ONG a 3 hectares mais manque de moyens pour pouvoir mettre en valeur ces hectares. Si aujourd’hui, à la grande surprise, une structure veut nous appuyer dans la culture du manioc, je ne peux que leur dire merci et leur signifier notre engagement et grande disponible.»

Cette rencontre de Forécariah a été précédée par celles de Fria, Maférinya( Forékaria/ Kindia) et Toumany et Tanéné (Dubréka).

A suivre dans les prochains jours et semaines d’autres sous-préfectures, préfectures et grandes villes du pays. La SCODAA-GIE au service des vrais hommes pour une vraie autosuffisance alimentaire, signe d’une Guinée émergente.

Saran Camara pour Billetdujour.com

SHARE