ALPHA CONDÉ ET GOUVERNER AUTREMENT :  VOICI CE QU’IL DIT AUX FEMMES ET FILS DES MINISTRES

Dans le souci de matérialiser son slogan ‘’ Gouverner autrement’’, le président Alpha Condé a reçu ce lundi, 22 février à Sékhoutouréya, les responsables des régies financières du pays. Comment rendre l’économie guinéenne plus performante a été au centre de la rencontre. Un document portant sur les contrats de performance économique et de doublement des recettes de l’Etat en deux ans a sanctionné l’entretien. « Le ministre du Budget va signer deux documents avec la direction nationale des Impôts et la direction générale des Douanes. Un premier document, c’est le doublement des recettes internes en deux ans. Le deuxième document, c’est le contrat de performance. Celui qui remplit les conditions, aura une sanction positive avec des primes. Celui qui ne les remplit pas, aura une sanction négative. Il faut que tout le monde sache que gouverner autrement n’est pas de la blague », a précisé le président Condé.
Les contrats qu’on va signer, poursuit-il, engagent les personnes et elles ont les obligations de résultat. « Si elles n’ont pas de résultat, on les change.  Pour le moment, on donne la chance à chacun de faire ses preuves.  Celui qui ne le remplit pas, je n’aurai aucun état d’âme. Il faut que cela soit clair pour tout le monde.» Et, a ajouté que : « Le ministre ou autre qui a sa femme ou son fils dans l’activité, non seulement cette société n’aura pas de contrat, mais la personne risque d’être suspendue parce qu’il y a conflit d’intérêt. Vous créez des sociétés pour favoriser vos proches en empêchant les autres d’avoir des contrats.  Désormais, tout marché sera passé aux peignes fins. J’ai été très clair, et maintenant, j’ai une spécialiste en passation de marchés. « Quelqu’un qui est douanier ici, ne peut pas avoir sa femme transitaire. Quelqu’un qui est ministre des finances ne peut avoir sa femme dans les affaires. Aucun ministre ne doit avoir sa femme dans les affaires. L’engagement qu’on signe avec la Cour constitutionnelle concerne le ministre et sa famille. Et chacun a pris cet engagement. Donc, je n’ai aucun état d’âme. En plus, toutes les régies doivent avoir leurs comptes à la banque centrale et tous les payements se feront par virement.  Et, tous les trois mois, il aura des contrôles inopinés valables pour les services. Je n’accepterais aucun manquement », a-t-il averti.
Aux noms de ses collègues, le ministre du Budget Ismaël Dioubaté  a indiqué qu’ils sont engagés moralement, physiquement et financièrement pour  accompagner  le président Alpha Condé dans ses objectifs. « Nous avons aucune voie, issue que de les mettre en œuvre. Ces deux contrats signés sont des engagements personnels et ils ne sont qu’à concrétiser. « Je suis d’accord avec vous et je vous ai dit ici la dernière fois que si ce n’est pas fait, monsieur le Président, prenez toutes les sanctions que vous voulez prendre », s’est engagé Ismaël Dioubaté.
Sur la même lancée, le ministre de l’Economie et des Finances Mamadi Camara a soutenu que l’engagement de ce lundi 22 février est une décision ferme. « Nous avons de toute façon à l’idée d’appliquer votre politique en matière économique et financière. Et nous mettrons tout en œuvre pour relever ce défi», a-t-il promis.
Amirou Diallo pour Billetdujour.com
SHARE