Guinée- Liberté de la presse : une avancée qui laisse certains sur leur faim ! 

La disparition du général Lansana Conté en décembre 2008 a ouvert la voie à une période de transition en République de Guinée. Ainsi, sous le règne d’un régime militaire, dénommé Conseil national pour la démocratie et le développement, (CNDD). Les hommes de la plume et du micro ont obtenu certains ‘’acquis’’ sur le plan juridique. Le Conseil national de transition, CNT) qui faisait office de parlement de transition a permis audit conseil mis en place en mars 2010 de préparer une loi sur la liberté de la presse à travers la Commission en charge de la communication. Entre autres, l’une portait sur la liberté de la presse, la deuxième portait sur la création d’une Haute autorité de la communication et la troisième concernait l’accès à l’information publique. Elle a été à cet effet, adoptée le 7 mai 2010 à travers  une nouvelle Constitution.
Référence pour des acteurs de médias c’est surtout la loi organique N° 002/2010/CNT du 22 juin 2010 portant liberté de la presse, ladite loi consacre dans son article 98, la dépénalisation des délits de presse. Pour beaucoup d’acteurs de médias le texte prévoit des amendes, que certains trouvent parfois très lourdes, mais contrairement à l’ancienne, elle ne stipule plus de peines de prison pour les journalistes coupables de délits de presse. Elle prend également en compte les médias audiovisuels publics et privés ainsi que les médias en ligne, inversement à la loi précédente qui ne traitait que de la presse écrite.
L’autre loi organique N° 003/2010/CNT du 22 juin 2010, concerne les attributions, organisation, composition et fonctionnement de la Haute autorité de la communication (HAC).
Et la dernière, c’est la loi organique N° 004/2010/CNT portant sur le droit d’accès à l’information publique.
Au regard de cadre juridique de ladite loi, ce dispositif garantissait la liberté d’expression et la liberté des médias. Le préambule affirme l’adhésion de la Guinée à tous les normes et principes des Nations unies, de la Déclaration universelle des droits de l’homme, les Conventions et pactes internationaux relatifs aux droits de l’homme, l’Acte constitutif de l’Union africaine, la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples et ses protocoles additionnels relatifs aux droits de la femme, ainsi que le traité de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest.
Force est de constater qu’en dépit de cette disposition, les hommes de médias sont quotidiennement sujet à des interpellations et assignations en garde à vue par les services de sécurité souvent à la solde de certaines personnalités perchées au sein de l’appareil de l’Etat. Ces manquements amènent aux journalistes à battre le pavé afin d’exiger l’esprit de ladite disposition constitutionnelle. Ces derniers temps certains de nos confrères ont été maladroitement interpelés et sans aucune disposition légale par la direction centrale de la police judiciaire. Ibrahima Sory Camara, du média en ligne : Avenirguinee.net, Habib Marouane Camara de la radio Nostalgie fm, Mohamed Albé Bangoura de Véracitécachée.com et Alsény Fadiga du Projecteurguinée.com ont tour à tour séjourné à la DPJ à Kaloum. Diffamations, chantages et d’injures publiques reviennent souvent dans les accusations. « Nous refusons cette forme de pratique de la direction centrale de la police judiciaire, mais aussi nous dénonçons les pratiques de certains procureurs. Lorsqu’un journaliste est en porte à faux avec la loi dans l’exercice de son métier en aucune manière, il ne peut être incarcéré par une quelconque autorité », a fait savoir le secrétaire général de l’Union des radiodiffusions et télévisions libres de Guinée, (URTELGUI,) Aboubacar Camara.
De son côté le président de l’Association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante, (AGEPI), Alpha Abdoulaye Diallo de rappeler que la procédure voudrait qu’en cas de diffamations, que la loi stipule que l’autorité judiciaire procède par des citations directes. « Il faudrait que le système judicaire de notre pays accepte de respecter la loi, c’est extrêmement important pour la démocratie».
Le président du REMIGUI, Aboubacar Azoka Bah pour sa part de déplorer que dès qu’un haut cadre qui est touché, ce dernier fait rapidement appel aux agents de la police judiciaire pour interpeler les journalistes et les  mettre en garde à vue. « Nous demandons à ce que ce genre de pratiques cessent dans notre pays », a-t-il lancé avec véhémence.

Richard TAMONE pour Billetdujour.com 

SHARE