SÉKOU BEMBEYA PARLE DU CALVAIRE DES ARTISTES APRÈS SÉKOU TOURÉ !    

Diamond Filgers, Sékou Bembéya Diabaté, du mythique orchestre Bembéya Jazz fait des révélations sur la vie des artistes  pendant le premier régime et après,… « Au temps du premier régime , chaque orchestre avait droit à une subvention annuelle. Et lorsqu’on a eu l’autonomie, le chef de l’Etat a donné à chaque orchestre un lieu pour leurs répétitions et accompagnés d’instruments de musiques », a déclaré l’actuel chef d’orchestre de Bembéya Jazz, Sékou Diabaté.
Il a par la suite précisé que Bembéya Jazz avait le Club de Bembéya puis le camp Boiro, Balla et ses Baladins  au jardin de Guinée , Kélètigui et ses tambourinis à la  Paillotte et Horoya Bande à la Minière.
A la question de savoir pourquoi, les trois autres groupes n’ont pas continué : Balla et ses Baladins, Kélètigui et ses tambourinis et Horoya Bande Kélétigui. « Parce que ceux qui sont venus après Ahmed Sékou Touré n’ont eu aucun regard à notre endroit. Si nous on a pu survivre jusque-là, c’est parce qu’on a eu de contrats à l’extérieur, sinon on allait disparaitre comme les autres. »
Puis de conclure que le fait qu’il a été porté à la tête du groupe en tant que chef d’orchestre, il s’est battu et continu de se battre contre vent et marrée pour ne pas que le groupe disparaisse.
Yanthé B’gor pour Billetdujour.com 

SHARE