GUINÉE/MOIS DES FEMMES :  LA MINISTRE HAWA BÉAVOGUI A LA RENCONTRE DES ENTREPRENEURES

Ce samedi 13 mars, dans son agenda de la célébration du mois des femmes, la ministre des Droits et de I’ autonomisation féminine, Me Hawa Béavogui a rendu visite à l’Etablissement Mariama Cissé et fils. C’est une entreprise installée à Sangoyah pharmacie, dans la commune de Matoto. Elle est spécialisée dans la production des produits consommables d’ailleurs, c’est le premier établissement fournisseur de pâte d’arachide naturelle en Guinée.

Mettant l’occasion à profit et au nom de la présidente Directrice générale et du personnel des établissements Mariama Cissé et fils, la Conseillère Principale Hadja Fatoumata Doumbouya, a indiqué que ladite entreprise de 29 ans d’expérience est dominée par les femmes et jeunes. « Notre stratégie de développement cadre directement avec la volonté du Président de la République, le professeur Alpha Condé qui fait de l’autonomisation des femmes et les jeunes une de des priorités de sa gouvernance. Nous comptons actuellement 21 emplois direct, 50 emplois indirect dont 15 personnes à Boké, 16 personnes à Faranah et 19 à Conakry », a-t-elle expliqué.
Parlant de la production, la Conseillère principale a confié que la société Hadja Mariama Cissé et fils a une capacité de production de 750 tonnes de pâte d’arachide par an soit 58 tonnes par mois avec un chiffre d’affaire de 9.000.000.000 GNF. « Au cours de ces 10 dernières années, nous avons un partenariat avec les forces armées guinéennes de 2007 jusqu’ nos jours. Nous ravitaillons certains marchés de la capitale tels que Km 36, Matoto, Yimbaya Tannerie, Kennien, Madina, Boulbinet et certains pays de la Sous-région ,  Libéria et la Sierra Léone », a-t-elle précisé.
Abordant les perspectives, Hadja Fatoumata Doumbouya d’ajouter que les Etablissements Hadja Mariama Cissé comptent industrialiser toute la chaine de valeur jusqu’au produit fini. « Elargir notre marché à travers tout le pays, la sous-région, l’exportation vers l’extérieur mais aussi la fabrication d’autres produits consommables ou destinés à être une matière première pour d’autres industries », a-t-elle expliqué.
Des difficultés rencontrées dans leur quotidien, la Conseillère principale , a cité notamment : I’ approvisionnement de la matière première de base(L’arachide) dont la culture est saisonnière en Guinée, n’ayant pas assez de moyens financiers pour la constitution d’un stock annuels en période, nous achetons dans les moments de détresse le sac au double du prix, ce qui affecte considérablement notre entreprise par le gouvernement, les actions de déguerpissement ont emporté une bonne partie de nos locaux affectant ainsi notre production mais aussi la réduction du personnel des emplois indirects pour des raisons d’espace indisponible.
Des doléances, Hadja Fatoumata Doumbouya a formulé entre autres le souhait d’acquérir un domaine pour le transfert de l’Unité de production devenue très petite pour la demande et ne répondant plus aux attentes de la clientèle, de la part des autorités, nous portons le message d’un souhait d’accompagnement financier, technique et matériel.

En réponse, la ministre des Droits et de l’autonomisation Me Hawa Béavogui s’est dit très surprise de la bonne organisation au tour de l’Etablissement Hadja Mariama Cissé et fils. « Notre présence dans ces locaux est en droite ligne avec notre politique de partager avec les femmes leurs quotidiens.   D’ailleurs je rappelle que ce mois de mars est une occasion de présenter un bilan sur l’amélioration des vies des femmes. C’est aussi une opportunité de faire de plaidoiries envie de continuer le processus d’amélioration de la condition de la femme.  Pour cette année, l’activité identifiée dans le Plan d’Action de notre Ministère   est de mettre en lumière ces femmes qui font assez de bonnes choses qui participe à l’économie nationale », a dit Me Hawa Béavogui.
Aujourd’hui, poursuit la patronne des Droits et l’autonomisation, la PDG Hadja Mariama Cissé est parmi les femmes modèles que notre Département devra promouvoir. « Ce sont des modèles de femmes bien n’ayant pas eu la chance de fréquenter l’école, Dame Cissé a pu mettre en place une usine de manufacture de transformation de l’arachide en pâte et autres dérivées », a-t-il noté.
Engagements du Ministère, une de nos priorités, a souligné Me Hawa c’est de pouvoir accompagner la création de chaines de valeurs, venir aussi toucher de doigts les conditions de travail des différentes familles. « J’inciste que Hadja Mariama est un modèle à promouvoir. Nous devons encourager l’entreprenariat féminin. Elle va inspirer d’autres femmes, jeunes. Parce que le secteur privé est la locomotive de toute économie nationale. S’il y a croissance dans ce domaine , nous pouvons réellement espérer à la croissance économique, au développement tant souhaité par le Président, Alpha Condé », a-t-elle martelé.

Mouctar Kalan Diallo pour Billetdujour.com

SHARE